1. Accueil › 
  2. › 
  3. › 
  4. Crédits et durabilité : le point sur la matière

Crédits et durabilité : le point sur la matière

, Crédits

En tant qu'intermédiaire en crédits, que devez-vous concrètement savoir sur la durabilité et les " crédits verts " pour pouvoir faire une proposition de crédit optimale et actualisée à votre client ? Nous en discutons avec Ivo Van Bulck, Director Retail Banking chez Febelfin et secrétaire général de la UPC, et avec Walter Van Praet, formateur chez Febelfin Academy.

Depuis le Green Deal européen, le plan d'avenir avec lequel l'Europe entend relever le défi du changement climatique, l'intérêt pour les investissements dits verts et le financement de ces investissements a augmenté. Ainsi, les chiffres de la UPC, l'Union Professionnelle du Crédit, concernant le premier trimestre 2023 montrent une augmentation de 45 % par rapport au premier trimestre 2022 du nombre de crédits à la consommation écoénergétiques.

Ivo, pouvez-vous nous expliquer ces chiffres ? Que faut-il retenir en matière de crédits et d'investissements écoénergétiques ?  

Il faut distinguer deux types de crédit. En effet, le financement des investissements écoénergétiques se fait à la fois par des crédits hypothécaires et par des crédits à la consommation. Dans le premier cas, le prêt hypothécaire que l'on contracte pour acheter une maison est combiné avec un prêt hypothécaire pour financer des améliorations énergétiques. 

Des prêts à la consommation spécifiques écoénergétiques financent ensuite les investissements plus généraux dits "verts" tels que les voitures électriques, les stations de recharge, les pompes à chaleur, les panneaux solaires, l'isolation, etc... En 2022, environ 60 000 de ces prêts à la consommation ont été souscrits, soit un doublement par rapport à 2021 et même un triplement depuis 2018. Il s'agit d'une valeur totale de plus d'un milliard d'euros. C'est un signe clair de l'importance croissante que les ménages belges accordent à l'écologie et un reflet des nouvelles réglementations en matière d'efficacité énergétique.  

Les chiffres provisoires pour 2023 confirment cette tendance et montrent une nouvelle augmentation, quoique moins spectaculaire. En effet, cela dépend aussi de la confiance des consommateurs, du coût des travaux et de l'évolution des taux d'intérêt.Une chose est sûre : nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour atteindre les objectifs de Kyoto et de Paris, ce qui est très positif.

​​​​​​​Walter, pouvez-vous nous expliquer cette tendance ? Pourquoi ce grand intérêt pour les investissements verts ?

Il y a de nombreuses raisons à l'augmentation des crédits écoénergétiques. Les réglementations deviennent plus strictes. Le certificat CPE est désormais un document obligatoire dans de nombreuses transactions. Par conséquent, le score CPE d'une maison contribue à déterminer sa valeur. En Flandre, depuis le 1er janvier 2023, il existe également une obligation de rénovation selon laquelle les nouveaux propriétaires doivent porter le score CPE de leur maison au niveau d'un score D minimum dans les cinq ans suivant l'achat. La Wallonie est en train de rédiger des projets de décrets pour un système similaire.

En outre, la crise énergétique a sensibilisé les Belges à la performance énergétique de leur logement. Economiser de l'énergie n'est pas seulement un réflexe écologique encouragé par le gouvernement, mais certainement aussi une considération financière des particuliers.

Ivo, comment les banques réagissent-elles à cette évolution ?

Les banques réagissent à ces tendances en proposant des prêts dits "verts" à des taux d'intérêt attractifs. De plus, votre intermédiaire en crédit vous fournira des informations sur la législation et les primes possibles et vous fera une proposition concrète sur cette base.

Comment évaluer ces crédits dits "verts" ? Ne s'agit-il pas simplement d'un nouvel outil de marketing ? L'écoblanchiment ne nous attend-il pas au tournant ?

Nous devons garder à l'esprit notre point de départ, à savoir le Green Deal européen. Pour atteindre les objectifs de la Belgique, le montant des investissements dans les énergies renouvelables devra encore augmenter. Il est donc important que cela puisse se faire dans un cadre juridique stable et cohérent, et que le financement soit rendu attractif.

Pour les crédits à la consommation "verts", au moins 50 % de ces crédits doit être destiné à économiser de l'énergie. En fonction de la banque, ce pourcentage peut même être plus élevé. Pour les crédits hypothécaires "verts", nous nous efforçons, au sein du secteur bancaire, de parvenir à une définition unanime des crédits hypothécaires écoénergétiques. Nous avons obtenu l'accord de la Banque nationale à ce sujet et nous fixerons bientôt une date d'entrée en vigueur. Avec une définition uniforme et une application claire sur le marché du logement existant, nous voulons éviter le "greenwashing" dans les trois régions, notamment.

Pourquoi les banques peuvent-elles offrir de meilleurs taux pour les prêts "verts" ?

Les banques font effectivement des efforts, il peut y avoir une différence de taux d'intérêt.  D'une part, le secteur bancaire assume ainsi son rôle social dans la transition vers une société durable. D'autre part, les investissements dans les économies d'énergie créent également une valeur ajoutée objective ou au moins un maintien de la valeur des habitations, ce qui améliore les garanties pour les banques. La valeur de garantie joue aussi un rôle dans les prêts à la consommation, il suffit de penser à une voiture électrique.

Walter, pouvez-vous nous donner plus d'informations sur cette formation ? A qui s'adresse-t-elle ?

Il s'agit d'une formation d'une demi-journée destinée aux intermédiaires de crédit ayant déjà une certaine connaissance de la matière. Une connaissance actualisée de la législation et des systèmes de primes est indispensable pour parvenir à un bon conseil sur mesure. Par exemple, un intermédiaire de crédit aidera le client à "lire" un certificat CPE ou à interpréter les coûts à prévoir pour atteindre un CPE adéquat. Les questions fiscales sont également importantes pour évaluer correctement la capacité de remboursement du client.

Merci Ivo et Walter! Cette formation en classe peut être suivi le 8 septembre 2023 de 9h à 12h30 chez Febelfin Academy à Bruxelles. N'hésitez pas de vous inscrire sur la liste d'intérêt si vous voulez suivre cette formation à une prochaine date ou contactez Martin Haegheman

Info et inscription

Cette formation peut également être organisé sur mesure, taillé sur les besoins de votre organisation. Ingrid Goris vous donnera plus d'info et vous fera une proposition.

Partager

Formation & Finance: quoi de neuf?

'Qualified Cybersecurity Professional in Finance': Febelfin Academy et Solvay Lifelong Learning lancent une formation spécialisée en cybersécurité

La cyberrésilience du secteur financier reçoit un coup de pouce grâce à la collaboration de Febelfin...

En savoir plus

'The Phone Party' : Comment réussir à prendre rendez-vous avec votre client par téléphone ?

Depuis quelques années, les appels proactifs aux clients pour prendre rendez-vous sont un peu oublié...

En savoir plus

Elan+, des formations actualisées et pertinentes

À partir du 1er février 2024, les employés faisant partie de la Commission Paritaire 310 pourront à ...

En savoir plus